A A A

Le 1er janvier 2017, le Service Régional Valaisan de Transfusion Sanguine CRS a rejoint Transfusion interrégionale CRS. Cette fusion est le développement d’une longue collaboration avec l’objectif de garantir à long terme l’approvisionnement en sang des régions Valais, Vaud et Berne. La mise en commun des compétences de nos trois régions au service des patients et des donneurs nous permettra de contribuer de manière significative au développement de la médecine transfusionnelle en Suisse.

La fusion du Service Régional Valaisan de Transfusion Sanguine CRS et de Transfusion interrégionale CRS (né de la fusion des Services de transfusion sanguines de Berne et Vaud) permettra de réaliser d’importantes synergies dans la collecte, la préparation des produits sanguins, le dépistage des pathologies infectieuses transmissibles par le sang et la mise à disposition des produits sanguins. Cela garantira ainsi un approvisionnement sûr et durable dans les trois régions. Le résultat de ce mariage est une entreprise innovante qui, grâce à l’optimisation continue de ses activités, répondra à long terme aux exigences économiques et qualitatives sans cesse croissantes.

Développement logique d’une longue coopération

Nos trois services collaborent déjà depuis de nombreuses années dans le cadre de projets, d’activités de laboratoire ou de gestion administrative. Depuis 2011, nous utilisons  un logiciel commun pour la gestion de toutes les activités transfusionnelles.

Continuité pour les donneuses et donneurs
Les donneuses et les donneurs du Valais pourront continuer à donner leur sang dans les sites de prélèvements existants de Monthey, Martigny, Sion, Sierre, Viège et Brig ainsi qu’à l’occasion des collectes mobiles de sang. Avec cette fusion, nous voulons encore améliorer le niveau de service, déjà élevé, lors du recrutement et de la prise en charge des donneuses et donneurs.

Maintien de la proximité avec nos clients
Pour les hôpitaux du Valais, nous continuerons à être un partenaire stratégique et fiable en ce qui concerne les prestations et la médecine transfusionnelle. Nous voulons conserver une relation de proximité pour garantir le bon produit, au bon moment au bon patient.

Transfusion Interrégionale CRS à partir du 1 janvier 2017 (PDF,  352 Ko) 

Peut-on encore améliorer et accélérer le contrôle qualité de l’inactivation des agents pathogènes dans les concentrés plaquettaires ? Transfusion Interrégionale CRS (TIR) a développé un nouveau procédé de contrôle.

Depuis 2011, en Suisse, tous les concentrés plaquettaires (CP) doivent être traités par un système d’inactivation des agents pathogènes. Le procédé d’inactivation photochimique Intercept® se base sur l’addition d’amotosalen qui, après illumination avec des UVA, forme des liaisons covalentes entre les brins des acides nucléiques et prévient ainsi de manière irréversible toute réplication d’ADN, prévenant ainsi toute multiplication de pathogènes.

Actuellement, le contrôle du procédé d’inactivation des pathogènes se base sur la documentation technique de production. Une des solutions existante consiste à utiliser des techniques de PCR longues et coûteuses. Les chercheurs de TIR ont mis au point un nouveau procédé pour contrôler la qualité de l’inactivation des pathogènes dans les CP.

Ce procédé se base sur la mesure du pouvoir antioxydant, à l’aide de la technologie EDEL, dans le produit sanguin et offre de grands avantages :
•    Résultats fiables
•    Manipulations faciles et implémentables en routine
•    Moins cher que la PCR
•    Ne nécessite que quelques gouttes de CP et aucun prélèvement supplémentaire
•    Rapidité : 2-3 minutes suffisent pour obtenir les résultats


TIR a développé le procédé EDEL en collaboration avec l’entreprise « Edel For Life».  Un brevet conjoint pour ce procédé a été déposé par TIR et « Edel For Life ». Le procédé n’est pas encore disponible sur le marché, il est actuellement en phase d’évaluation avec des partenaires.

Informations complémentaires :
Etude scientifique sur le procédé EDEL:
Abonnenc M, et al: Antioxidant power as a quality control marker for completeness of amotosalen and ultraviolet A photochemical treatments in platelet concentrates and plasma units. TRANSFUSION 2016; 56; 1819–1827.

www.edel-for-life.com

Transfusion Interrégionale CRS propose désormais un nouveau service : le prélèvement par aphérèse de cellules mononucléaires de sang périphérique (peripheral blood mononuclear cell apheresis ou aphérèse PBMC). Ce procédé permet de prélever des cellules mononuclées qui peuvent être utilisées pour la recherche, par exemple dans le domaine de l’oncologie ou l’immunologie.

Si vous êtes intéressé par l’aphérèse PBMC, nous vous prions de bien vouloir contacter notre Key Account Manager Mme Ina Krebber. Chaque projet doit être évalué et validé avant sa mise en pratique. Par ailleurs le donneur est informé et donne obligatoirement son accord. L’aphérèse a lieu dans notre centre de transfusion sanguine d’Epalinges. 

Le Conseil d’administration de Transfusion interrégionale CRS SA (TIR) a élu Mme Joëlle Vuignier en tant que nouvelle directrice générale (CEO). Le vote a été unanime.

Un expert externe a soutenu le Conseil d’administration dans le processus de recrutement pour cette position importante dans notre entreprise. Le poste a été ouvert en externe. Lors du processus de sélection, Joëlle Vuignier s’est clairement démarquée face à plus de 30 candidatures.
Dans sa décision, le Conseil d’administration a pris en compte les nombreuses années d’expérience en transfusion de Joëlle Vuignier, tant dans les activités opérationnelles que dans la recherche et développement. Sa vision claire sur le positionnement futur de TIR comme l’un des principaux centres de transfusion a également convaincu.

Depuis des mois déjà, Joëlle Vuignier contribue en tant que co-directrice de TIR à stabiliser le fonctionnement de l’entreprise et à mener avec succès les activités. Elle est parvenue ainsi à garantir la continuité interne et externe. De plus, nous sommes convaincus qu’elle réussira à mettre en œuvre notre vision et notre stratégie, qui restent inchangées.

Le Conseil se réjouit de la coopération future avec Joëlle Vuignier et est convaincu qu’elle va  maîtriser sa tâche avec brio.

De plus notre actuel Directeur financier Stefan Koller, fort de sa longue et solide expérience, a été nommé Directeur général adjoint de TIR par le Conseil d’administration.

Signé Fritz Stettler, Président du Conseil d'administration

Il est depuis longtemps de notoriété publique que la transfusion sanguine peut avoir des effets secondaires néfastes. C’est pour cette raison que la médecine transfusionnelle poursuit aujourd’hui d’autres priorités : remplacer, là où c’est possible, la transfusion de produits sanguins par le traitement des causes de l’anémie et de la perte de sang. Ce modèle de traitement factuel, multidisciplinaire et axé sur le patient est appelé « Patient Blood Management » et repose sur trois piliers : optimisation du volume de globules rouges, minimisation des pertes de sang ainsi que, augmentation et exploitation maximale de la tolérance du patient pour l’anémie. Ce modèle est focalisé sur l’amélioration du processus de guérison.

Nous soutenons depuis des années la transfusion factuelle et judicieuse des produits sanguins. Cependant, la majorité des patients ont effectivement besoin de transfusions. Dans ces cas, les avantages de la transfusion sont tellement évidents que les effets secondaires et les conséquences à long terme doivent être acceptés (car sinon le patient mourrait, comme par exemple après un accident grave). Dans chaque situation, il convient de bien évaluer le rapport entre les bénéfices pour le patient et les risques qu’il encourt. 

Est-ce que les transfusions sanguines augmentent le taux de cancer ou  causent d’autres problèmes à long terme ? Cette question reste controversée dans la littérature car nous ne disposons pas d’études univoques qui mettent en évidence un lien de causalité entre la transfusion et des problèmes à long terme.

Dans le cadre de nos projets de recherche et manifestations de formation continue, nous soutenons l’utilisation factuelle et judicieuse des produits sanguins. De ce fait, nous sommes actuellement en pourparlers avec l’Hôpital universitaire de Lausanne (CHUV) pour établir un service commun dédié au développement systématique du « Patient Blood Management ».

Bien que le besoin de sang ait diminué, les dons de sang sont toujours indispensables pour sauver des vies. Le sang ne peut pas être créé artificiellement.

Notre devoir de Service de transfusion sanguine régional n’est pas de collecter le plus de sang possible, mais de mettre à disposition à tout moment la quantité approprié de sang, de la qualité appropriée pour les patient– et ceci, bien entendu, en tenant compte des impératifs économiques.